dimanche 20 août 2017

A bas les murs

Pour la rentrée scolaire prochaine, avec ma collègue de français, nous désirons travailler la lecture et l'écriture à partir d'une sélection d'albums pouvant être adaptés à notre public, des ados de 2e année secondaire (4e en France).

Pour arrêter notre sélection, nous nous plongeons dans des titres tantôt graves, tantôt plus légers. Voici le second de la série.  




"Le roi Léon est mort.  Vive le roi !"  Pendant que le peuple pleure son bon roi, ses deux fils se bagarrent déjà pour prendre sa place ! A qui le royaume ?  A qui les honneurs ?  Quelle est le solution ?  Le prince Gaston lance : "J'aurai tout ce qui est rouge !"  Le prince Gédéon ajoute : "Et tout ce qui est bleu sera à moi."



Et aussitôt dit, aussitôt fait.  Le peuple est sommé de se séparer, les rouges d'un côté, les bleus de l'autre.  Et, pour être bien certains qu'ils ne cherchent pas à se réunir, les deux monarques font dresser deux solides murs qui les séparent ! 
Le peuple va-t-il se soumettre si facilement ?

Cet album illustre à merveille l'adage "Diviser pour régner".  Il fait également dramatiquement écho à tous ces faits historiques, lointains ou très proches, où des puissants ont cherché/cherchent par dessus tout à jouer sur les différences et les peurs qui peuvent en découler pour dresser des barrières entre les peuples et tirer profit de la situation pour asseoir leurs privilèges.

Heureusement, l'espoir de vivre en paix et en harmonie couve toujours, tapi au fond des cœurs des hommes et, un jour, le peuple finit par se soulever et les murs voler en éclats. 


"- Comme cette chose est étrange, quel en est l'usage ?  demandent les grandes personnes. 
- Vous le saurez si vous êtes sages ! répondent gaiement les enfants."

Ici, dans cette histoire, point de violence pour cette révolution.  L'espoir naît de la jeunesse qui, de par son imagination, démasque les manigances des deux monarques et secoue les chaines du peuple résigné. 

Une forme de message à nos jeunes lecteurs, décideurs de demain : la vie finit toujours par sourire aux hommes de bonne volonté qui cherchent à réinventer le monde !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...