samedi 11 février 2012

Les brumes de Montfaucon


"Voilà, me dit ma cadette avec un sourire jusqu'aux oreilles en déposant le livre sur mon bureau, je dois le lire pour l'école.  Tu veux pas le lire avant pour m'aider?"
"Super maman" ne peut résister longtemps...  Et pourtant, des corrections l'attendent et commencent à trépigner dans son sac et ne parlons pas du linge qui est en souffrance...

Heureusement, le livre ne contient que 190 pages et se lit assez rapidement.

L'histoire se déroule en France, au XIIe siècle, sous le règne de Louis IX dit Saint Louis.  Roi particulièrement pieux, il est à l'origine de nombreuses lois limitant les libertés des juifs comme l'obligation pour eux de porter un signe distinctif : la rouelle, d'abord jaune (couleur de la trahison pour les chrétiens), puis rouge (couleur de l'enfer, du crime de sang, de la prostitution). 





L'antisémistisme chrétien a débuté en 313 lorsque l'empereur Constantin a imposé le christianisme comme la religion dominante, les chrétiens reprochant aux juifs d'être responsables de la mort du Christ.

Après l'arrestation et l'exécution de son père accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, Hanin, un jeune juif, fuit Valréas dans le Vaucluse pour la capitale.  Bien décidé à prendre son destin en main,  il n'aura de cesse de revendiquer sa liberté.  Devra-t-il abandonner sa foi pour sauver sa vie? 

Dans cette quête, il croisera des personnages historiques célèbres: Roger Bacon, "le docteur admirable"; Yves de Kermantin, "l'avocat des pauvres" et même le roi Louis en personne.
Il exercera également différents métiers: tanneur, tailleur, fossoyeur, herbier, apothicaire...


"Le plus redoutable de tous les gibets de Paris étaiT Montfaucon, situé sur une butte à proximité de la maladrerie * Saint-Lazare.  Lieu de la grande justice de Paris, il était prévu pour recevoir seize corps suppliciés...  (...) 
A ce travail aussi, Hanin s'accoutuma, et les fourches lui procurèrent un moyen de subsistance.  Ironiquement, le monde des morts lui donnait de quoi vivre."

Mais, surtout, il rencontrera l'Amitié et l'Amour!

Anne Pouget est historienne et elle décrit à merveille le Paris du Moyen Age avec ses foires, ses nombreux petits métiers, ses fêtes mais aussi sa misère, sa crasse, ses nombreux lieux de supplice, ...
Les nombreuses notes infrapaginales ainsi que le dossier historique de fin de livre permettent aux plus jeunes de mieux appréhender les us et coutumes de cette époque.

Au-delà de l'aspect historique, elle nous offre une formidable leçon d'amour et de tolérance. 

"Dois-je porter le poids du monde sur mes épaules? Faut-il toujours se justifier? Et toi, t'es-tu justifiée d'être chrétienne? Qu'avais-je de différent jusqu'à ce que tu l'apprennes? Je respirais le même air que toi, j'ai sauvé la vie d'un inconnu, tout juif que je suis. Je n'ai qu'un Dieu, et en son nom je fais le bien, j'aide mon prochain. Et vous, chrétiens, qui mélangez Père, Fils et Saint-Esprit, en leur nom vous maudissez juifs, lépreux et prostituées!"

Par ses questions impertinentes, Hanin n'a de cesse de relever les incohérences, les préjugés véhiculés dans cette société persuadée de détenir la Vraie Foi.

"Pourquoi dit-on que la religion juive est fausse alors que Jésus lui-même était juif? 
Pourquoi vous attribuez-vous Joseph d'Arithmancie comme un saint homme de votre foi alors qu'il était juif? 
Pourquoi dit-on Jésus de Nazareth, roi des Juifs? 
Pourquoi Jésus enseignait-il dans les synagogues s'il était chrétien?
Pourquoi Jésus a-t-il été présenté au Temple pour la circoncision si vous dites qu'il est chrétien?
Pourquoi les chrétiens persécutent-ils les juifs alors que Jésus a dit que tous les hommes sont égaux?"

Ce livre permet également de mieux appréhender les tenants et les aboutissants d'un antisémitisme qui conduira à la Shoah.

A découvrir!

* Léproserie 


2 commentaires:

  1. Le thème me plait. C'est un roman que j'apprécierais certainement.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Oui moi aussi afin de mieux saisir les questions qui sont énoncés plus bas ! Ce sont effectivement des interrogations qui me sont venues quelquefois...

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...